PostgreSQLLa base de données la plus sophistiquée au monde.

Version anglaise

48. Protocole client/serveur

postgresql™ utilise un protocole messages pour la communication entre les clients et les serveurs (« frontend » et « backend »). le protocole est supporté par tcp/ip et par les sockets de domaine Unix. Le numéro de port 5432 a été enregistré par l'IANA comme numéro de port TCP personnalisé pour les serveurs supportant ce protocole mais en pratique tout numéro de port non privilégié peut être utilisé.

Ce document décrit la version 3.0 de ce protocole, telle qu'implantée dans postgresql™ depuis la version 7.4. pour obtenir la description des versions précédentes du protocole, il faudra se reporter aux versions antérieures de la documentation de postgresql™. un même serveur peut supporter plusieurs versions du protocole. Lors de l'établissement de la communication le client indique au serveur la version du protocole qu'il souhaite utiliser. Le serveur suivra ce protocole s'il en est capable.

Pour répondre efficacement à de multiples clients, le serveur lance un nouveau serveur (« backend ») pour chaque client. dans l'implémentation actuelle, un nouveau processus fils est créé immédiatement après la détection d'une connexion entrante. Et cela de façon transparente pour le protocole. Pour le protocole, les termes « backend » et « serveur » sont interchangeables ; comme « frontend », « interface » et « client ».

48.1. Aperçu

Le protocole utilise des phases distinctes pour le lancement et le fonctionnement habituel. Dans la phase de lancement, le client ouvre une connexion au serveur et s'authentifie (ce qui peut impliquer un message simple, ou plusieurs messages, en fonction de la méthode d'authentification utilisée). En cas de réussite, le serveur envoie une information de statut au client et entre dans le mode normal de fonctionnement. Exception faite du message initial de demande de lancement, cette partie du protocole est conduite par le serveur.

En mode de fonctionnement normal, le client envoie requêtes et commandes au serveur et celui-ci retourne les résultats de requêtes et autres réponses. Il existe quelques cas (comme notify) pour lesquels le serveur enverra des messages non sollicités. Mais dans l'ensemble, cette partie de la session est conduite par les requêtes du client.

En général, c'est le client qui décide de la clôture de la session. Il arrive, cependant, qu'elle soit forcée par le moteur. Dans tous les cas, lors de la fermeture de la connexion par le serveur, toute transaction ouverte (non terminée) sera annulée.

En mode opérationnel normal, les commandes SQL peuvent être exécutées via deux sous-protocoles. Dans le protocole des « requêtes simples », le client envoie juste une chaîne, la requête, qui est analysée et exécutée immédiatement par le serveur. Dans le protocole des « requêtes étendues », le traitement des requêtes est découpé en de nombreuses étapes : l'analyse, le lien avec les valeurs de paramètres et l'exécution. Ceci offre flexibilité et gains en performances au prix d'une complexité supplémentaire.

Le mode opérationnel normal offre des sous-protocoles supplémentaires pour certaines opérations comme copy.

48.1.1. Aperçu des messages

Toute la communication s'effectue au travers d'un flux de messages. Le premier octet d'un message identifie le type de message et les quatre octets suivants spécifient la longueur du reste du message (cette longueur inclut les 4 octets de longueur, mais pas l'octet du type de message). Le reste du contenu du message est déterminé par le type de message. Pour des raisons historiques, le tout premier message envoyé par le client (le message de lancement) n'a pas l'octet initial de type du message.

Pour éviter de perdre la synchronisation avec le flux de messages, le serveur et le client stocke le message complet dans un tampon (en utilisant le nombre d'octets) avant de tenter de traiter son contenu. Cela permet une récupération simple si une erreur est détectée lors du traitement du contenu. Dans les situations extrêmes (telles que de ne pas avoir assez de mémoire pour placer le message dans le tampon), le récepteur peut utiliser le nombre d'octets pour déterminer le nombre d'entrées à ignorer avant de continuer la lecture des messages.

En revanche, serveurs et clients doivent être attentifs à ne pas envoyer de message incomplet. Ceci est habituellement obtenu en plaçant le message complet dans un tampon avant de commencer l'envoi. Si un échec de communications survient pendant l'envoi ou la réception d'un message, la seule réponse plausible est l'abandon de la connexion. Il y a, en effet, peu d'espoir de resynchronisation des messages.

48.1.2. Aperçu des requêtes étendues

Dans le protocole des requêtes étendues, l'exécution de commandes SQL est scindée en plusieurs étapes. L'état retenu entre les étapes est représenté par deux types d'objets : les instructions préparées et les portails. Une instruction préparée représente le résultat de l'analyse syntaxique et de l'analyse sémantique d'une chaîne de requête textuelle. Une instruction préparée en elle-même n'est pas prête à être exécutée parce qu'il peut lui manquer certaines valeurs de paramètres. un portail représente une instruction prête à être exécutée ou déjà partiellement exécutée, dont toutes les valeurs de paramètres manquant sont données (pour les instructions select, un portail est équivalent à un curseur ouvert. il est choisi d'utiliser un terme différent car les curseurs ne gèrent pas les instructions autres que select)

Le cycle d'exécution complet consiste en une étape d'analyse syntaxique, qui crée une instruction préparée à partir d'une chaîne de requête textuelle ; une étape de liaison, qui crée un portail à partir d'une instruction préparée et des valeurs pour les paramètres nécessaires ; et une étape d'exécution qui exécute une requête du portail. Dans le cas d'une requête qui renvoie des lignes (select, show, etc), il peut être signalé à l'étape d'exécution que seul un certain nombre de lignes doivent être retournées, de sorte que de multiples étapes d'exécution seront nécessaires pour terminer l'opération.

Le serveur peut garder la trace de multiples instructions préparées et portails (qui n'existent qu'à l'intérieur d'une session, et ne sont jamais partagés entre les sessions). Les instructions préparées et les portails sont référencés par les noms qui leur sont affectés à la création. De plus, il existe une instruction préparée et un portail « non nommés ». bien qu'ils se comportent comme des objets nommés, les opérations y sont optimisées en vue d'une exécution unique de la requête avant son annulation puis est annulée. En revanche, les opérations sur les objets nommés sont optimisées pour des utilisations multiples.

48.1.3. Formats et codes de format

Les données d'un type particulier pouvaient être transmises sous différents formats. depuis postgresql™ 7.4, les seuls formats supportés sont le « texte » et le « binaire » mais le protocole prévoit des extensions futures. Le format désiré pour toute valeur est spécifié par un code de format. les clients peuvent spécifier un code de format pour chaque valeur de paramètre transmise et pour chaque colonne du résultat d'une requête. Le texte a zéro pour code de format zéro, le binaire un. Tous les autres codes de format sont réservés pour des définitions futures.

La représentation au format texte des valeurs est toute chaîne produite et acceptée par les fonctions de conversion en entrée/sortie pour le type de données particulier. Dans la représentation transmise, il n'y a pas de caractère nul de terminaison de chaîne ; le client doit en ajouter un s'il souhaite traiter les valeurs comme des chaînes C (le format texte n'autorise pas les valeurs nulles intégrées).

Les représentations binaires des entiers utilisent l'ordre d'octet réseau (octet le plus significatif en premier). Pour les autres types de données, il faudra consulter la documentation ou le code source pour connaître la représentation binaire. Les représentations binaires des types de données complexes changent parfois entre les versions du serveur ; le format texte reste le choix le plus portable.